15 49.0138 8.38624 none 0 both 0 4000 1 0 horizontal https://www.filaur.com/blogfoiresbeaucroissant 900

Une inondation à l’origine de la foire de Beaucroissant en 1219.

L’origine de la foire remonte à l’Inondation de Grenoble en 1219 qui eut lieu cette année là. Le 14 septembre 1219était un jour de fête à Grenoble où de nombreuses personnes étaient venues assister à la traditionnelle fête de la Sainte-Croix. Malheureusement ce même jour un violent orage éclata sur la région, gonflant les torrents et rivières... / Lire la suite /

L’origine de la foire remonte à l’Inondation de Grenoble en 1219 qui eut lieu cette année là.
Le 14 septembre 1219était un jour de fête à Grenoble où de nombreuses personnes étaient venues assister à la traditionnelle fête de la Sainte-Croix. Malheureusement ce même jour un violent orage éclata sur la région, gonflant les torrents et rivières et faisant céder une retenue d’eau créée à la suite d’un éboulement quelques années auparavant au niveau des gorges de l’Infernet à Livet-et-Gavet. La vague et la hausse du niveau des cours d’eau du Drac et de l’Isère qui résultèrent de la rupture de ce barrage, inondèrent la ville et firent des milliers de morts. Des centaines de survivants allèrent se réfugier à Beaucroissant où il fallut créer un village pour les accueillir.

L’année suivante, jour pour jour, le 14 septembre 1220, l’évêque de Grenoble Jean de Sassenage accompagna ses paroissiens à Notre-Dame de Parménie à Beaucroissant pour remercier Dieu de les avoir épargnés et afin de prier pour les victimes de cette catastrophe. Ainsi le grand nombre de pèlerins qui chaque année affluaient sur la commune de Beaucroissant attira de nombreux commerçants qui voyaient là une aubaine pour exercer leur commerce.

Mais de nombreux écrits montrent qu’une foire à Beaucroissans existait déjà avant cette époque. Appelée « vaude », cette foire accompagnait les pèlerinages de l’évêque Isarne qui depuis l’an 977 commémorait chaque année, le 14 septembre, sa victoire sur les Barbares qui avait chassé un siècle plus tôt, en 877, les quatorze évêques qui avaient érigé sur la colline de Parménie un prieuré fortifié et une chapelle épiscopale. Depuis cette date, tous les 14 septembre, des représentants venant du Dauphiné, du Vivarais, du Lyonnais et du Forez venaient célébrer cette victoire et la fête patronale de l’Exaltation de la Sainte-Croix à Notre-Dame de Parménie.

Au départ ce fut surtout le petit bétail qui était vendu pendant la foire, puis au cours des années de nombreux stands de produits manufacturés firent leurs apparitions notamment grâce à l’implantation géographique de Beaucroissant. Ainsi sa situation sur la route antique reliant Vienne à Turin, et à proximité de grands axes de circulation comme les routes de Grenoble à Valence et de Grenoble à Lyon permit à la foire d’accueillir un commerce de transit. À la fin du Moyen Âge la renommée de la foire grandissant, ce furent des commerçants de toute l’Europe (Espagne, Italie, Pays-Bas, Suisse…) qui firent leurs apparitions afin de venir vendre leurs marchandises. La durée de la foire était initialement de trois jours, mais à cette époque, l’ampleur de la manifestation fut telle que celle-ci fut allongée jusqu’à dix-sept jours. Chaque jour avait ainsi sa spécialité, jour du blé, jour des chevaux, jour des bêtes à cornes, jour des épices…

Le 8 mai 1836, le roi de France Louis-Philippe Ier autorise par accord royal un deuxième jour, au printemps, durant lequel la foire de Beaucroissant puisse se dérouler.

Source : Wikipedia